Au sujet de l’expertise

Rédigé par Alexis
Directeur artistique de l'Académie des porteurs de musique, j'enseigne depuis plus de 10 ans le piano. Je continue aussi de composer et de jouer dans divers groupes de musique et entre les concerts et l'enseignement, je me passionne pour la cuisine et les jeux vidéos!

2 avril 2022

Au sujet de l’expertise

Qu’est-ce qu’un expert ?

Du maître-brasseur, en passant par la radiologue ou encore de la personne qui traverse le Lac à la nage, il existe plusieurs types d’experts1. Ainsi, certains experts observent, comme le radiologue ou les sommeliers alors que d’autres quant à eux font, comme le violoniste ou le marathonien. Tous ont un degré de compétences dans un domaine précis et ne sont pas que de simples réservoirs d’information, ces personnes possèdent une compréhension profonde de leur sujet. Il s’agit d’autorités.

Les fameuses 10 000 heures

En 1993, une étude2 réalisée par trois chercheurs mentionne pour la première fois le chiffre des 10 000 heures de pratique. De manière générale, l’étude réfère à une période minimale de 10 ans avant de devenir expert. Que ce soit pour les musiciens3, les écrivains, les scientifiques, les sportifs ou encore les joueurs d’échecs, l’étude recense un parcours d’une dizaine d’années avant de développer les compétences nécessaires.

Les marqueurs parmi toutes ces disciplines: un travail récurrent et continu sur une discipline et une structure d’acquisition des connaissances affûtée.

Pratique avec intention

Outre le simple passage du temps, l’équipe de chercheurs souligne l’importance d’un travail focalisé. Ce travail comporte trois éléments: une activité hautement structurée avec un but explicite afin d’améliorer la performance, des exercices spécialisés conçus afin de pallier aux faiblesses et finalement, l’analyse des performances afin d’offrir des pistes d’amélioration tangibles.

Effectivement, l’atteinte de l’excellence est possible en 10 ans, mais elle prend souvent davantage de temps. Il est important de noter qu’il s’agit d’un processus énergivore, comme conduire dans une tempête de neige: on ne peut pas le faire dix heures par jour sans ressentir de la fatigue.

La nuit porte conseil

Une étude4 publiée en 2016 porte sur une question simple : quelle est la meilleure manière de répartir deux heures de pratique par jour? Nous savons déjà qu’il est préférable de scinder le bloc en plus petits tronçons5. Nous savons aussi que le sommeil est essentiel à la consolidation des nouveaux acquis.

Pour l’étude, l’équipe forme deux groupes. Le premier, groupe de l’éveil, vérifie l’apprentissage effectué après une période d’étude le matin et une révision le soir. Le groupe du sommeil, lui, éudie le soir et révise le matin.

La tâche était simple, chaque groupe test devait apprendre une liste de 16 mots en swahili et les traduire en français. Les résultats sont frappants : le groupe sommeil réussit mieux que le groupe éveil sur tout les fronts. Effectivement, le groupe sommeil a appris en la moitié du temps la liste des mots. Qui plus est, une semaine plus tard, le groupe sommeil retenait l’information encore mieux que le groupe éveil et six mois plus tard, les résultats restaient les mêmes.

Évidemment, entre la période de travail du soir et de celle du matin, il est important de minimiser les interférences, donc moins d’écrans ou de fêtes.

En bref

L’acquisition d’une expertise dans un domaine est un processus long et délibéré. Considérant l’investissement de temps, il semble astucieux de chercher à utiliser ce temps à meilleur escient. Ainsi, adopter une approche d’étude en soirée et de révision en matinée permet d’augmenter la rétention de l’information. Outre le simple passage du temps, il est important de se prémunir d’outils afin de cibler les zones à travailler. Fondamentalement, il est impératif d’accorder de l’importance à la quantité et à la qualité du sommeil. En d’autres mots, structurez votre apprentissage et ouvrez les bras à Morphée !

Alexis Dionne

Directeur artistique de l’Académie des porteurs de musique

1Bilalic, M. (2017). The Neuroscience of Expertise. https://doi.org/10.1017/9781316026847

2Ericsson, K. A., Krampe, R. T., & Tesch-Römer, C. (1993). The role of deliberate practice in the acquisition of expert performance. Psychological Review, 100(3), 363–406. https://doi.org/10.1037/0033-295x.100.3.363

3Hayes, J. R. (1989). Cognitive processes in creativity. Handbook of Creativity, 135–145. https://doi.org/10.1007/978-1-4757-5356-1_7

4Mazza, S., Gerbier, E., Gustin, M.-P., Kasikci, Z., Koenig, O., Toppino, T. C., & Magnin, M. (2016). Relearn faster and retain longer. Psychological Science, 27(10), 1321–1330. https://doi.org/10.1177/0956797616659930

5Osmosis. (2016). Spaced repetition in learning theory. Retrieved April 4, 2022, from https://youtu.be/cVf38y07cfk.

Vous aimerez aussi…

Heureux d’un printemps

Heureux d’un printemps

Heureux d’un printemps Les derniers bancs de neige semblent s’avouer vaincus, les tuques ont été troquées pour des...

La musique : outil de société

La musique : outil de société

La musique : outil de société Nous sommes tous témoin des instabilités qui marquent les grands titres d’aujourd’hui....

Cupidon

Cupidon

Cupidon Je me suis réveillé frappé par une flèche de Cupidon ; amoureux de notre ville et de notre culture. Le...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.